09 Fév EN DIRECT DU VESTIAIRE

Aujourd’hui, nous rencontrons  les buteurs du match contre TOURS, Gabriel Levesque et son compère Matthew Brenton, pour en apprendre un peu plus sur leur parcours !

 

1-      Pouvez-vous nous présenter  votre parcours en quelques mots ?

 

Gabriel : J’ai joué dans les environs de Montréal pour tout mon hockey mineur jusqu’à 16 ans.Ensuite, je suis parti jouer en Ligue Majeure comme Matthew pendant 3 ans. Puis 3 autres années  dans les clubs affiliés à des équipes.Je me suis essayé en France pendant 1 an (Gap), je suis retourné entre temps dans les clubs affiliés et je suis de retour en France pour cette saison !

 

Matthew : J’ai commencé à Brookfield en Nouvelle Ecosse. Je suis parti en sport étude à 14 ans à Saskatchewan à 7h d’avion de chez moi donc ce n’était pas facile aussi jeune. Après, je suis revenu en Nouvelle Ecosse. Je pensais intégrer la NCAA mais je me suis dirigé sur la Junior Majeur : 2 ans à Moncton et deux ans à Montréal. Ça n’a pas marché pour moi donc je suis ensuite rentré et j’ai fait mes études à l’Université Prince Edward, avant de finalement décider de venir jouer en France.

 

2-      Quels sont les différences qui vous ont surpris en arrivant en France ?

 

Matthew : pour moi, les habitudes de « petit-déjeuner » ont été surprenantes. Au canada, je mange des œufs, du bacon. Quand je suis arrivé ici, j’ai été surpris de voir en arrivant à table, le café, le jus d’orange, j’ai cherché les œufs un moment ! (rires).Je trouve aussi qu’il y a une différence dans la façon d’être.  Au Canada, les gens maximisent leur temps, ils sont toujours pressés. En France, je trouve bien de prendre le temps d’être en famille, par exemple, manger ensemble à table. Chez nous, chacun mange de son coté, un sur le canapé, l’autre dans la cuisine….

 

Gabriel : C’est vrai ! Et J’aime bien le fait qu’en France on mange à des heures plus tardives, c’est mieux sinon t’as trop faim après.Sur la route, c’est  très différent. Quand tu vois les gens conduire, ils sont beaucoup moins rapides en France. J’ai pris l’habitude de beaucoup doubler les véhicules en France (rires). Au Canada, on est toujours dans cette optique de «maximiser notre temps ». De chaque coté, il y a des avantages à ce sujet.

 

Matthew : C’est la même chose au hockey. En Europe, en général, tu gardes le palet beaucoup plus ! Chez nous on avance à fond, ici on prend le temps de comprendre le jeu !

 

 

3-      Si vous aviez pu entreprendre une autre carrière, qu’auriez vous fait ?

 

Gabriel : Si j’avais dû faire autre chose, je serais parti plus dans le golf. Tu as la liberté de choisir ton horaire, ta tête est en parfait état (rires) et la fin de carrière est beaucoup mieux. J’aurai bien choisi le baseball aussi mais tu n’es jamais chez toi, tu joues 180 matchs par an, ce n’est pas une vie.

 

Matthew : Pendant l’intersaison, je fais du coaching sportif. C’est une vraie passion d’aider les autres. J’ai déjà eu la chance d’entrainer des jeunes hockeyeurs en junior qui sont désormais sur les listes de « draft ». Ca fait plaisir. Peut être un « après hockey » !

 

 

4-      Les Play-Offs ne sont plus très loin. Qui voyez-vous comme équipe pour la finale ?

 

Gabriel : Tu m’aurais posé la question, il y a quelques mois, je t’aurais dit que nos chances étaient de 25% mais désormais je pense qu’on est plus vers les 65%. Je pense qu’on a vraiment nos chances.

Je ne sais pas ce que va donner la fin du classement mais si j’avais à choisir une autre équipe, je verrais bien Briançon aussi, ils jouent très structurés ça pourrait être intéressant !

 

Matthew : En comparant les équipes de l’année dernière et celle de cette année, je trouve le top 6 très intéressant cette année. Après, l’année dernière, on a pu voir des équipes très bonnes ,tomber sur les premières séries ! Je pense qu’on est une bonne équipe. Je ne sais pas si il y a beaucoup d’équipes avec 4 lignes comme les nôtres mais je pense que Brest a de belles chance aussi. Ils jouent d’une belle façon ! Et puis bien sûr Briançon comme dit Gabriel !

 

 

 

Retrouvez L'HORMADI, samedi à 20h30 à la patinoire de la barre pour le match contre Caen !