21 Nov Vu d'en Face par Stan SUTOR

Après deux séduisants succès à la Barre contre Bordeaux et Reims, les hommes d’Olivier Dimet reprennent la route pour cette 12ème journée, direction la côte d’azur, Nice. Malgré de nombreuses absences avec les blessures d’Edouard Outin, Nicolas Thos, Alexandre Labonté, Zbynek Hampl, Sébastien Rousselin ainsi que de Kévin Igier pour raison familiale, les Basques vont pouvoir compter sur le retour de Florent Neyens.
Les Angloys vont devoir redoubler de solidarité et éviter de se faire trop pénaliser pour se donner les moyens de rapporter 2 points de la baie des Anges. En forme défensivement et offensivement, l’Hormadi doit rester concentré face à un gros calibre de cette division.

Nice a plus d’un argument à faire valoir sur la glace. La moitié de son effectif remanié en mixant jeunesse et expérience, les Aigles, avec leur nouveau gardien champion d’Extraliga, affichent leurs ambitions. Accrochés par Lyon dans leur arena sur le score de 6-7, les Niçois se sont remis en selle à Montpellier en s’offrant une victoire et vont s’appliquer face aux Angloys pour retrouver la réussite dans leur patinoire.

C’est le plus Niçois des Slovaques, l’entraîneur Stan SUTOR, que nous avons rencontré pour l’approche de ce match.

Pouvez-vous nous présenter succinctement votre parcours en tant que joueur et entraîneur?

J’ai fais l’ensemble de mon mineur en Slovaquie au poste de Gardien, avant d’arriver en France à Gap en 1990. J’ai vadrouillé après dans différentes patinoires en passant par Dunkerque et Nantes avant de me stabiliser à Nice en 1994. Après une dizaine d’année en tant que joueur dans le club azuréen, je suis devenu entraîneur-joueur en 2004 avant de me concentrer définitivement sur mon nouveau poste.

Depuis 3 saisons, vous faites les Play-Offs : ¼ de Finale en 2011, Finale en 2012 et à nouveau ¼ de finale en 2013. Pour cette saison, quelles sont vos ambitions ? 

On souhaite aller le plus haut possible, dans un premier temps les Play-off, mais notre objectif est de finir dans les 4 premières places de la saison régulière.

Vous jouez en France depuis les années 90. Comment décririez-vous l’évolution de la Division 1 et de son championnat ?

Je pense que c’est le hockey en général qui a évolué dans l’hexagone. On peut le voir par le travail que certains clubs font avec le mineur pour créer d’importantes filières de jeunes talentueux. La Magnus et la Division 1 ont énormément progressé ces dernières années, notamment avec l’apport de joueurs étrangers qualitatifs qui ont permis d’élever le niveau de jeu et de faire progresser dans leur sillage leur formation. Aujourd’hui, avec les nouveaux quotas de la fédération, nous avons le bon mix entre joueurs Français sortant de très bons clubs de formation et étrangers qui apportent une valeur ajoutée à nos groupes.

Cette saison, votre équipe a été largement redessinée sur l’ensemble des postes. Pouvez-vous nous faire un portrait de votre équipe?

Le gros changement a été notre gardien. Nous avons décidé qu’il était préférable pour Jimmy Lundberg après 3 saisons à Nice qu’il trouve de nouveaux objectifs. Son remplaçant est le slovaque Lukáš Škrečko, qui arrive tout droit d’Extraliga (son club, le HKM Zloven, a été champion la saison dernière). Ce jeune portier a un excellent niveau mais a besoin d’un peu de temps pour s’adapter au style de jeu à la Française.

En défense, nous avons misé sur la stabilité et l’apport d’expérience. En attaque, place à la jeunesse et à la rapidité. Dès que les joueurs auront pris leurs marques dans ce championnat, on aura une équipe performante et bien garnie pour faire une très belle saison.

Vous pointez à la 6ème place à quelques points du podium. Quel bilan, à l’aube de la moitié de saison, pouvez-vous faire ?

A part Lyon qui est au-dessus, le championnat est très serré et le classement se jouera à très peu de points. On travaille beaucoup le foncier car on souhaite avoir les ressources nécessaires jusqu’à la fin de la saison. Après, la fatigue se ressent sur quelques matchs, comme celui contre Cholet. On espère, au fur et à mesure de la saison, se rapprocher de notre objectif d’être dans les 4 premiers.

Après votre victoire contre Montpellier, à quel match vous préparez-vous contre les Basques ?

Nous serons au complet pour la venue d’Anglet. Je m’attends à un match très difficile et physique. Le recrutement de l’Hormadi a été excellent et on peut voir que l’ensemble de ses joueurs de qualité associés aux tôliers de l’équipe et à un des meilleurs gardiens du championnat rend Anglet complet sur tous les niveaux. Leur travail paye aujourd’hui et leur place l’illustre bien.

Pour conclure, comment caractériserez-vous l’équipe d’Anglet ?

J’ai toujours eu plaisir à venir jouer à Anglet. On est bien accueilli et ça reste la patinoire face à l’océan… Ce club a une réelle histoire et garde une place forte chaque année dans le hockey français dans n’importe quelle division où le club évolue.

Merci et rendez-vous à la patinoire Jean Bouin demain à 19h15.