14 Jan Vu d'en Face par Martin MILLERIOUX

L’Hormadi semble avoir pris de bonnes résolutions en 2014. Affichant plus de discipline qu’en fin 2013, les hockeyeurs basques ont enchaîné 2 victoires : à Annecy (0-6) et face à Cholet (4-3). La 20ème journée va les conduire chez le leader Lyonnais où plus que jamais, ils devront rester disciplinés et respectueux du système de jeu mis en place pour ne pas rentrer les valises pleines… de buts !

En effet, avec la meilleure attaque et la meilleure défense du championnat, les Lions sont capables d’infliger des scores-fleuves à leurs adversaires. Il faudra notamment surveiller Miroslav KRISTIN et Jonathan LABERGE qui sont les 2 meilleurs pointeurs de la Division !

 

Aujourd’hui, Martin MILLERIOUX répond à nos questions pour le Vu d’en Face du match retour LYON / ANGLET.

 

Peux-tu nous présenter ton parcours de hockeyeur ?

J'ai commencé le hockey à 8 ans à Grenoble, et un de mes premiers entraineurs a été un certain Olivier Dimet... J'ai fait mon hockey mineur à Grenoble et continué à jouer pour ce club jusqu'au titre de Champion de France de Ligue Magnus en 2007 (avec Eddy Ferhi dans les buts). Ensuite, j’ai passé deux saisons et demi à Villard, parsemées de blessures et avec pour coéquipier Thibaut Sage-Vallier, puis une saison à Morzine. J'attaque désormais ma troisième saison avec Lyon.

Après ces 3 dernières saisons en D1 et ton expérience en Ligue Magnus, peux-tu nous donner ton sentiment sur l'évolution du championnat ?

Le championnat m'a agréablement surpris à mon arrivée. Il y a de fortes individualités dans bon nombre d'équipes. La différence majeure avec la Magnus réside dans le respect des systèmes de jeu (un peu moins porté sur la défense en D1) ce qui implique une adaptation surtout pour les défenseurs. Les patinoires sont agréables et bien remplies. Les villes de D1 sont plus attractives que celles de Magnus... Sur le plan sportif, je pense qu'il n'y a pas de différence entre le bas de tableau de Magnus et le haut de tableau de D1 même si les promus ont du mal à se maintenir.

Premier avec 5 points d'avance et seulement 3 défaites à l'aube de la 20ème journée, quels sont pour toi les ingrédients de la réussite ?

Le groupe vit bien, et nous avons un effectif de qualité. Notre force est de jouer en équipe, de conserver le palet et de patiner. Mais encore une fois, on verra la force du groupe durant les Play-Offs car rien n'est acquis. Avec la formule des phases finales, on sait que l'erreur n'est pas permise, sinon on se retrouve vite sous le coup de l'élimination. On doit poursuivre notre éthique de travail, avec une grosse préparation hors-glace et se forger une attitude de « guerrier ».

Le statut de leader et de favori du championnat est-il pour l'équipe source de sérénité ou de pression avant chaque rencontre ?

Nous avons confiance en nos capacités et sommes conscients de la qualité du groupe. Néanmoins, nous sommes sous pression chaque week-end car les équipes veulent nous faire tomber. Nous l'avons appris à nos dépens lors de nos défaites, où nous avons été suffisants. Ces piqures de rappel sont nécessaires pour nous montrer que rien n'est acquis. L'équipe qui aura le plus « faim » remportera ces Play-Offs.

Après 2 larges victoires face à Bordeaux et Montpellier, à quel match t'attends-tu demain ?

Le match contre Bordeaux était abouti, celui contre Montpellier un peu moins même si, au final, nous avons pris les deux points. Anglet est une équipe difficile à manœuvrer avec des joueurs français expérimentés, des étrangers de talent et un gardien de haut-niveau. Nous sommes donc prévenus et devrons livrer une sacrée bataille pour l'emporter. Ce n'est pas le genre d'équipe à baisser les bras, donc méfiance. Bon match à tous.

 

Merci beaucoup et rendez-vous demain à Charlemagne à 20h !